Suivez-nous :

Guitare LiveMagazineGuitare Live N° 19La Vihuela, ancêtre de la guitare

La Vihuela, ancêtre de la guitare

Tenir 500 ans dHistoire entre ses mains

Observer une vihuela en photo ou derrire la vitrine dun muse est mouvant, mais tenir un tel instrument entre ses mains fait battre le cur plus fort. Jai t aimablement accueilli par Monsieur Sainte Fare Garnot, Conservateur du Muse Jacquemart-Andr, qui a mis cette vihuela entre mes mains pour une rencontre silencieuse, puisque lui manquent le chevalet, les chevilles et, bien videmment, les cordes. Linstrument, de trs grande taille, est assez lourd. Beaucoup y voient une vihuela "basse", mais ltroitesse du manche et des textes dcrivant des instruments de trs grande taille men font douter. Le corps est presque ovale, le manche a, visiblement, t raccourci, la table, trs orne, est perce de cinq rosaces garnies de dcorations en parchemin.


La touche est pare de motifs imbriqus difficiles raliser.


Le dos et les clisses sont composs dune marqueterie complexe aux motifs concentriques trs russis.


La tte, fine et lance, est perce de deux ranges de six orifices.


La tranche suprieure de la tte porte linscription "Guadalupe" (l encore il y a dbat, car il sagit aussi bien du nom dun violero que de celui dun monastre).

La lutherie est courageuse, la ralisation soigne, mais le niveau de finition natteint pas ce dont taient capables les luthiers de lpoque. Le choix de bois assez simples, diverses imprcisions et quelques raccords dans les marqueteries laissent penser quil sagit de luvre dun apprenti-luthier avanc, voire de son travail de Matrise. On peut donc imaginer que cet instrument ntait, initialement, pas destin tre jou.

Les marques sur la table indiquent que le chevalet a occup au moins deux places sur cet instrument, et, donc, connu divers diapasons.


La table porte une autre marque, plus droutante. Une porte, faite de 5 traits parallles et dune clef de sol. Les notes inscrites sont mi si sol r la, en rondes, surplombes des chiffres 1, 2, 3, 4 et 5 : laccord dune guitare 5 cordes. Je pense quil sagit dune inscription bien plus jeune que linstrument, et quelle est la trace dun accident : ces notes ont certainement dteint dun papier trop fortement imbib dencre, car les lignes de la porte sont droites et ne suivent pas le fil du bois - ce qui aurait immanquablement t le cas si linscription avait t sciemment faite sur la table.


Jai repos cet instrument attachant dans son sarcophage protecteur et me suis rendu au Muse de la Musique, Porte de la Villette, Paris.

Jy ai t trs amicalement accueilli par Stphane Vaiedelich, le responsable du Laboratoire de recherches et de restauration du Muse de la musique. Le lieu lui-mme impressionne : de grandes tables couvertes doutils, de machines de mesure, dinstruments anciens, dordinateurs. Il y rgne lambiance calme et clinique qui sied de tels travaux, et les technologies les plus modernes y ctoient les savoir-faire les plus ancestraux.

Stphane Vaiedelich dans son laboratoire


Avant de me confier la vihuela E.0748, Stphane Vaiedelich mexplique les aires de recherches choisies et les procds utiliss lors de ltude approfondie mene dans son laboratoire sur cet instrument exceptionnel. Toutes les oprations, effectues dans un grand souci dobjectivit et dutilit scientifique, ont t minutieusement prpares, afin dviter les interventions empiriques.

Des mthodes spectaculaires ont t appliques afin, par exemple, de discerner la provenance et lge du bois utilis. Le rsultat, tonnamment prcis, nous livre des informations prcieuses : le fond et les clisses sont en bois de jujubier, ce qui positionne clairement le facteur dans la pninsule ibrique. Le sapin utilis pour la table, quant lui, provient du sud de lEurope (dans une zone Alpes/Dolomites/Pyrnes) et larbre dont il est extrait a pouss une altitude de plus ou moins 1100 mtres.
Plus saisissant encore : il ressort de ltude dendrochronologique (par une mthode de datation base sur le comptage et l'analyse morphologique des anneaux de croissance des arbres) que le dernier cerne prsent sur la table dharmonie date de lanne 1496. Soit plusieurs dcennies avant la priode estime de fabrication de linstrument ! "Je pense que le luthier a sciemment utilis du bois de rcupration, provenant probablement dune charpente" explique Stphane Vaiedelich. En lutherie, il sagit dun choix particulirement pertinent et rflchi ; une poutre de belle qualit ayant un demi-sicle de schage peut prsenter des caractristiques sonores et mcaniques exceptionnelles (il nest pas rare de voir des luthiers modernes partir la recherche de vieilles charpentes).

Dautres tudes et analyses ont permis de dterminer lorigine des lanires de parchemin qui servent de jointures lintrieur de linstrument. Il sagit de textes de loi du 13me sicle, rcuprs par le luthier, comme cela tait courant lpoque.

Enfin, une modlisation pousse, suivie de nombreux tests croiss, a permis de cerner au plus prs toutes les caractristique mcaniques du bois de la table et dtablir prcisment les paramtres selon lesquels rechercher un bois actuel quivalent : cela afin de raliser un fac-simil fidle, non seulement laspect, mais, galement, aux caractristiques sonores dtermines de linstrument.

Et puis, nouveau moment de grande motion, Stphane Vaiedelich et son quipe sortent la vihuela E.0748 de son caisson protecteur et me la confient.

Elle est dtable et semble flotter sur sa toile blanche, tant elle est gracile. Et, au moment de la prendre en main, limpression est confirme par sa lgret.


Il sagit dun instrument dune facture magnifique. Le violero tait dun niveau exceptionnel, et la beaut de son travail dcoule, en grande partie, de ses vertus pratiques. Les cannelures du fond, par exemple, dune ralisation admirable, sont dun effet superbe, mais leur fonction premire est dassurer une grande rigidit. "Pour moi", explique Stphane Vaiedelich, "nous sommes en prsence dun instrument typique vite-fait-bien-fait par un grand luthier pour un musicien exigeant".


Le bois de la table est trs beau, et la manire daccoler les deux pices symtriques dnote dune rflexion trs fine. Le fil des fibres du sapin est, en effet, lgrement incurv, et le violero a choisi de le rpartir telles des parenthses dos dos de part et dautre du centre ))))|(((( ce qui linscrit idalement, aussi bien esthtiquement que mcaniquement, dans la forme en 8 de la table.

Je ne me lasse pas dobserver les dtails de facture et de mimprgner de tous les messages que cet instrument au repos transmet lensemble de nos sens.



Cette vihuela possde quelque chose de magique, et je partage dj lamour que lui portent Jol Dugot (conservateur du Muse de la Musique), Stphane Vaiedelich et toute lquipe

 

Publié dans le magazine N° 19 de Juillet 2006


Voir le magazine