Suivez-nous :

Guitare LiveParcoursApprendre le Blues, les bases du style

Apprendre le Blues, les bases du style

Présentation


Tentés par le charme quasi mystique de cette musique métissée de folklore africain, européen, américain natif, musique qui fut la « maman » de tant d'autres ? Malgré son apparente linéarité dans le temps, le Blues est en constante évolution depuis son apparition dans le premier tiers du XXème siècle, et toujours bien vivant.

Apprendre le Blues, les bases du style (partie 1)
Nous allons dans un premier temps nous attarder sur la période dite « electric-blues », connue pour ses géants comme John Lee Hooker, Muddy Waters, Jimmy Reed, Hound Dog Taylor, Lightin Hopkins, Buddy Guy... La liste des grands est longue, ainsi que celle des façons de faire, du vocabulaire guitaristique usité, changeant selon la géographie et l'époque.

Apprendre le Blues, les bases du style (partie 2)
Ho Lawd... It's blues time again ! Dans ce deuxième cours de la série bleue, ainsi que dans les quelques prochains, nous allons continuez à explorer les bases stylistiques du classique « 12 bars blues » dans la tonalité de Mi : Mi x4, La x2, Mi x2, Si x1, La x1, Mi x2. Mi et une des tonalités de prédilection du blues, elle permet d'utiliser les cordes à vide, de limiter l'usage des barrés et écarts douloureux. Tonalité puissante par excellence qui permet littéralement de sentir les cordes gronder en résonance dans le ventre du guitariste, elle est également une tonalité de choix pour la voix masculine, la tessiture moyenne du commun des mortels semble s'y adapter assez naturellement. Nous allons prétexter d'une rythmique inspirée du grand Jimmy Reed pour y apposer plusieurs gimmicks et introduire de nouvelles et simples notions de phrasé : hammers, glissés, percussion de main droite, rythmes en anacrouse... Let da good times roll !

Apprendre le Blues, les bases du style (partie3)
Howdy Folks ! Bienvenus dans ce 3ème cours sur le « twelve bar blues » en Mi. A l'image de la classe de 3ème, il s'agit ici de quelques révisions des deux précédents chapitres, de quelques notions nouvelles nécessaires à une longue, tumultueuse, et marécageuse suite ! Nous verrons ici notamment, sur une base de la fameuse « pompe boogie/blues » initiée par Fats Domino et Jerry Lee Lewis avant de passer dans les mains des guitaristes, un embryon de solo un peu hypnotique qui demandera un bon effort d'articulation. Vous avez deux solutions pour y parvenir. Premièrement par un travail acharné, mais vous avez également la possibilité d'aller dealer votre âme à un gars à chapeau vêtu de noir, que l'on peut apercevoir parfois un peu tard le soir, dans les environs d'un carrefour près de Clarcksdale, dans l'état du Mississippi... Il y fait bon, l'alcool est peu dispendieux et les filles sont enjouées... Laawwwd, have mercy... Laaawwwd have mercy on me...

Apprendre le Blues, les bases du style (partie4)
Howdy Folks ! Bienvenue dans le 4éme volet de cette série consacrée à l'exploration de la musique du diable. Je vais évoquer ici un des grands fondements du blues qu'est le « Turnaround », littérallement « Tournez autour ». Il est parfois relativement difficile à décrire, car le blues est une musique de tradition orale. Il s'agit en fait du déroulement harmonique des deux dernières mesures d'une grille de blues. Il? Le Turnaround est soit ouvert : de type « demi cadence » I-V, c'est à dire que l'accord final, en suspension, indique à l'oreille que la grille va se répéter. C'est l'occasion pour le chanteur de rajouter un couplet stipulant qu'en plus d'avoir perdu l'amour de sa vie, il a également perdu son chien, sa maison, et le contenu de sa bouteille, soit conclusif, de type « cadence parfaite » I-V-I, indiquant la fin du morceau, grille finale pendant laquelle le chanteur s'avoue inéluctablement vaincu et s'en remet à Dieu, ou décide fièrement de se mettre en quête d’une nouvelle femme, d'un nouveau chien et d'un nouveau bail.
Il se trouve que ces deux dernières mesures sont parfois très floues harmoniquement. On peut considérer des mouvements harmoniques simples (I-V ou I-V-I), mais en réalité on dénote un peu plus d'accords que cela, car lors d'un « Turnaround », le guitare et la basse font généralement des notes de passage d'un accord à l'autre qui peuvent être relevés comme des accords à part entière, cf « Dust My Broom » de Robert Johnson. A contrario, certains blues se passent complètement de mouvement harmonique à proprement parler, mais il reste malgré cela une tension et une sensation de recommencement hypnotique, cf « She's Got the Devil in Her » de Buddy Guy.
A vos guitares !

Apprendre le Blues, les bases du style (partie5)
It's blues time again ! Pour ce cinquième cours sur le blues noir américain, je vous propose un morceau entier, sur deux grilles, qui fera la synthèse des cours 1 à 4. Le principe est toujours le même, douze mesures, des petits leads succins à alterner avec des cellules rythmiques, et le tout clôturé d'un turnaround bien racé. Go get yo' geetar, and tear it up !

Détails du parcours


Intervenants



Brice Delage

Sommaire


Apprendre le Blues, les bases du style

Prix : 5.00 €
Acheter