Suivez-nous :

Guitare LiveMagazineGuitare Live N° 15Jason Becker, le combat contre la maladie

Jason Becker, le combat contre la maladie

Considéré comme l'un des meilleurs guitaristes de la scène hard-rock et néo-classique au début des années 90, Jason Becker se bat contre une maladie grave. Des nouvelles écrites par son père nous donnent l'occasion de faire le point sur sa situation, ses projets et lui rendre hommage avec deux défis...

Les plus jeunes métalleux d’entre nous ne connaissent pas forcément Jason Becker, mais c’est pourtant l’un des grandes références des années 90 en matière de metal néo-classique. A l’égal d’un Yngwie Malmsteen, il a développé une technique vertigineuse en sweeping notamment. Pourtant, sa vie a basculé.

Promis à un avenir brillant, Jason Becker a été touché par une maladie grave d’origine mal connue. Aujourd’hui, il ne peut plus se déplacer ni parler. Paralysé, il communique très difficilement. Il est donc rare d’avoir de ses nouvelles. Néanmoins, un email rédigé par son père Gary nous a été transmis par un artiste proche de Jason. Son état est stable, mais les progrès sont très lents, ce qui n’est pas toujours bon pour le moral. Mais Jason Becker ne lâche pas le combat. Des projets musicaux sont en cours…

« Jason utilise des programmes informatiques pour composer de nouveaux morceaux. C’est lent car il a besoin de moi pour utiliser l’ordinateur et parfois ses amis professionnels l’aident », explique son père.

« Il travaille aussi sur un livre qui relatera sa vie. Un film sur lui est en chantier. Les projets à Hollywood peuvent prendre des années mais cela pourrait bien arriver. Depuis qu’il est paralysé et ne peut plus parler, tout prend beaucoup de temps. Il ne peut travailler que quelques heures par jour. Il communique avec ses yeux grâce à un système alphabétique que j’ai inventé pour lui en 1996. De cette façon, il peut dire tout ce qu’il pense à travers ma voix ou celles d’autres personnes qui ont appris le système », continue-t-il.

Il y a donc du bon et du moins bon. Jason s’accroche mais les actions les plus anodines demandent une énergie et une volonté permanente. Il n’a pas la possibilité de répondre et lire les nombreux emails d’encouragement qu’il reçoit. Comme vous le verrez à la fin, Guitare Live prépare néanmoins un message pour lui.

Sa maladie s’appelle ALS (en français, sclérose latérale amyotrophique, aussi appelée maladie de Charcot ou de Lou Gehrig). Cette maladie grave touche principalement les adultes à partir de 50 ans et concerne plusieurs milliers de personnes en France. Elle entraîne une perte des cellules nerveuses qui commandent nos muscles, lesquels « fondent » par manque d’exercice. Se déplacer n’est plus possible, mais aussi sourire, avaler ou parler dans certains cas.

Pour Jason, la rencontre à la maladie s’est fait au début des années 90. A cette époque, il a vingt ans et joue avec le groupe de David Lee Roth. Côté notoriété, cela revient à en faire l’égal d’un Van Halen ou d’un Steve Vai ! C’est aussi un grand complice d’une autre étoile montante, Marty Friedman. Les deux guitaristes se sont rencontrés lorsque Jason a 16 ans. Ensemble, ils auront enregistré plusieurs albums avec le projet Cacophony, ou en participants à leurs albums solos respectifs, comme le disque Perpetual Burn.

En 1990, la presse et les lecteurs considèreront Jason comme l’un des meilleurs guitaristes hard-rock du moment.

Tout va pour le mieux à cette époque. Enfin presque. Une faiblesse musculaire à la jambe incite Jason à consulter des médecins. Le diagnostic est terrible : on identifie l’ALS, on lui prédit cinq ans à vivre. Le choc. Mais le guitar-hero préfère ironiser et garder le moral. La paralysie s’étend. Il parvient à terminer les prises de guitare pour l’album « A little ain’t enough » de David Lee Roth. Mais pas question de partir en tournée. En studio, sa main tremble et il tombe souvent. Pour Jason, ce n’est qu’une mauvaise passade.

Jason New York en 1991

Malheureusement, le mal ne s’estompe pas. Il gagne du terrain. L’une des étapes les plus dures sera la perte de la parole. Respirer ou mâcher deviennent des actes presque impossibles, on doit l’opérer. Le quotidien devient une succession d’épreuves, difficiles physiquement et moralement.

Sur son site officiel (en anglais) et dans la biographie qu’il prépare, Jason explique sa terrible expérience. Les moments les plus durs, mais aussi des moments d’espoir et de réconfort. La spiritualité et les enseignements du yoga l’aident aujourd’hui à surmonter la maladie. La lecture de ces pages est tout simplement bouleversante. Mais une chose est sûre : la musique est toujours en lui.

Chez lui, Jason a le soutien de sa famille et d'amis restés proches

Aujourd’hui, Guitare Live vous propose de transmettre un message musical et amical à Jason, ainsi qu’à son père et sa famille. A titre exceptionnel, nous publions deux défis pour deux playbacks différents. Les meilleures contributions feront partie d’un message qui sera rendu public et transmis au guitariste.

Le site officiel de Jason Becker :
http://www.jasonbecker.com

Publié dans le magazine N° 15 de Mars 2006


Voir le magazine